vaillants-nègres

vaillants-nègres

KUJITEGEMEYA EXPO-VENTE DE PRODUITS FABRIQUES LOCALEMENT

On doit pas se dire indépendants et pourtant nous consommons plus ce qui nous vient de l’extérieur que ce que nous produisons localement. C'est pourquoi les Vaillants Nègres organisent leur deuxième édition KUJITEGEMEYA pour valoriser nos produits fabriqués localement. Nous vous invitons tous à venir participer à cette journée qui donnera une image réelle de notre indépendance.

 

Valorisons ce que nous produisons localement.

Valorisons ce que nous produisons localement.


21/06/2019
1 Poster un commentaire

KUJITEGEMEYA EXPO-VENTE DE PRODUIT FABRIQUER LOCALEMENT

Valorisons ce que nous produisons localement.

Valorisons ce que nous produisons localement.


21/06/2019
0 Poster un commentaire

DECLARATION  PUBLIQUE N° 01/LUCHA RDC - AFRIQUE, VAILLANTS NEGRES,  APA.

LA LUCHA  RDC – AFRIQUE, VAILLANTS NEGRES DISENT NON AU NEOCOLONIALISME EN AFRIQUE.

 

Au nom de la solidarité panafricaniste, le Mouvement Citoyen LUCHA RDC-AFRIQUE, La Grande Famille de Réflexion des ‘’VAILLANTS NEGRES’’ et l’Action pour la paix en Afrique (APA en Sigle) s’associent à la contestation des Militants des Pays de l’Afrique de l’Ouest et Australe par rapport à la domination des Francs CFA et fustigent avec la dernière énergie le néocolonialisme sous toutes ses formes.

En Afrique  de l’Ouest et Australe la structure fondamentale des relations entre les Francs CFA et le Franc français puis l’Euro, par exemple est une structure de l’arnaque en permanence et du marché des dupes : elle livre le continent africain entre les grilles des désidératas extérieurs dans le commerce mondial. Après la traite Négrière comme moment de chosification intense de l’être de l’homme Africain ; après la colonisation comme moment d’exploitation intensive du sol, du sous-sol et de notre force de travail, la mondialisation semble être pour nous Africains que l’étape ultime de l’exploitation de l’Afrique noire par l’Occident. Elle est à la fois une nouvelle traite négrière et une colonisation qui s’adjoignent une autre ambition, celle de nous diluer dans l’universel, c'est-à-dire nous néantiser physiquement et culturellement dans un meurtre culturel dont nous devons prendre conscience  de manière historique maintenant.

Notre pays la République Démocratique du Congo n’est pas épargné par la politique fatale néocolonialiste où la dollarisation de son économie s’est imposée dans le cadre de sa gouvernance dans le domaine monétaire. La BCC a subi le Mouvement au lieu de l’impulser. Tant que les dirigeants de nos pays n’auront pas compris que la monnaie étant un bien public comme la sécurité, la défense nationale mérite d’être bien gérée « non pas sur injonctions du fond Monétaire International (FMI) dont on doit être on ne sait quel élève modèle et dans l’intérêt de qui », tout simplement parce que la monnaie est l’attribut de la souveraineté est le garant de la protection du pouvoir d’achat de la majorité de la population lorsqu’elle est stable. Actuellement les francs congolais sont dévalorisés et ont perdu plus de 50 % de leur valeur. La monnaie que l’on utilise n’a  de sens que dans la puissance dont elle peut doter une société, son importance n’est pas la liberté qu’elle accorde mais les liens économiques mondiaux qu’elle permet de tisser comme puissance. Nous appelons les  dirigeants africaines de mettre en place des politiques de productions afin de sortir de la dépendance de l’importation. Les peuples africains doivent être fiers de leur monnaie. Les programmes d’ajustement structurels qui furent imposés au continent comme cure salutaire, n’ont été que de la poudre dans les yeux,  pour siphonner les richesses africaines dans la perspective de remboursement d’une dette inique que les peuples d’Afrique n’ont en réalité  jamais contractée. Les politiques de développement fondées sur l’aide que les pays africains reçoivent depuis leurs indépendance sont un vaste bluff où s’entretient et s’auto -génère en système de domination et d’exploitation : l’élite dirigeante en Afrique y a été roulée dans la farine du développement du sous-développement.

Le Congo-Zaïre aujourd’hui la République Démocratique du Congo, exemple type de l’échec des politiques internationales du développement et de sécurité entreprit alors sa décente aux enfers. Aujourd’hui c’est ce pays qui abrite la plus vaste mission onusienne de maintien de la paix, le plus grand nombre d’ONG au Kilomètre carré dans chaque ville et en même temps, il constitue la plus grande catastrophe humanitaire depuis la deuxième  guerre mondiale : plus de six millions de morts, selon les estimations les plus sérieuses et les plus fiables. Est – ce un hasard ? Il suffit de voir à quel point nous aimons  dans  nos pays manger ce que nous ne produisons pas, éduquer nos enfants avec les idées et la culture des autres, adorer les « griffes » de vêtements exotiques, aller nous faire soigner dans les pays riches au lieu de construire nos propres grandes structures de santé grâce à nos recherches et au génie de notre cerveau, pour comprendre que la psychologie d’envoutement et de fascination par ce qui devient aujourd’hui la culture mondiale a détruit les exigences de notre génie créateur.

Il y a urgence que le peuple  Africain prenne son destin en main, en mobilisant les richesses pour sa progéniture. Il est temps de sortir de la nasse des autres et de ne plus s’asseoir sur la natte des autres.

Fait à Goma, le 16/09/2017

 

Pour la LUCHA RDC – AFRIQUE,                                  

     VAILLANTSNÈGRES

 

 


26/09/2018
0 Poster un commentaire

La charte de Kouroukan Fouga

Les représentants du Mandé primitif et leurs alliés réunis en 1236 à Kouroukan Fouga (Actuel cercle de 

Kangaba) après l’historique baille de Kirina ont adopté la charte suivante pour régir la vie du grand ensemble

Mandingue. 

Le Roi Naré Maghan Soundiata était entouré pour la circonstance à la tribune par 4 Chefs de Tribus : 

? Siby Kamandjan Camara, le Roi des Camara non forgerons ; 

? Fran Camara dit Tabon N’Gana Fran Camara, Chef des Rois Forgerons ;

? Fakoly Koroma ; 

? Faouly Tounkara, le petit frère de Néma Moussa Tounkara. 

1. DE L’ORGANISATION SOCIALE

? Article 1er : -La Société du grand Mandé est divisée en seize porteurs de carquois, cinq classes de marabouts, 

quatre classes de Myamakalas, une classe de serfs (esclaves -Mäfé mölu-). Chacun de ces groupes a une 

activité et un rôle spécifiques. 

? Article 2 : - Les Nyamakalas se doivent de dire la vérité aux Chefs, d’être leurs conseillers et de défendre par 

le verbe les règles établies et l’ordre sur l’ensemble du royaume.

? Article 3 : - Les Morikanda lolu (les cinq classes de marabouts) sont nos maîtres et nos éducateurs en Islam. 

Tout le monde leur doit respect et considération. 

? Article 4 :- La société est divisée en classes d’âges. A la tête de chacune d’elles est élu un chef. Sont de la

classe d’âge les personnes (Hommes ou Femmes) nées au cours d’une période de trois années consécutives. 

Les Kangbès (Classe intermédiaire entre les jeunes et les vieux) doivent être conviés pour participer à la prise 

des grandes décisions concernant la société. 

? Article 5 :- Chacun a le droit à la vie et à la préservation, de son intégrité physique. En conséquence, toute 

tentation d’enlever la vie à son prochain est punie de la peine de mort.

? Article 6 :- Pour gagner la bataille de la prospérité, il est institué le köngbéèn wolo (un mode de surveillance) 

pour lutter contre la paresse et l’oisiveté.

? Article 7 :.- Il est institué entre les Mandenkas le Sanankuya (cousinage à plaisanterie) et le tanamanyoya 

(forme de totémisme). En conséquence, aucun différend né entre ces groupes ne doit dégénérer, le respect 

de l’autre étant la règle. Entre beaux-frères et belles-sœurs, entre grands-parents et petits-enfants, la 

tolérance et le chahut doivent être le principe. 

? Article 8 :- La Famille Keïta est désignée famille régnante sur l’empire.

? Article 9 :.- L’éducation des enfants incombe à l’ensemble de la société. La puissance paternelle appartient 

en conséquence à tous. 

? Article 10 :- Adressons-nous mutuellement les condoléances. 

? Article 11 :- Quand votre femme ou votre enfant fuit, ne le poursuivez pas chez le voisin. 

? Article 12 :- La succession étant patrilinéaire, ne donnez jamais le pouvoir à un fils tant qu’un seul de ses

pères vit. Ne donnez jamais le pouvoir à un mineur parce qu’il possède des liens.

? Article 13 :- N’offensez jamais les Nyaras.

? Article 14 :- N’offensez jamais les femmes, nos mères.

? Article 15 :- Ne portez jamais la main sur une femme mariée avant d’avoir fait intervenir sans succès son 

mari. 

? Article 16 :- Les femmes, en plus de leurs occupations quotidiennes doivent être associées à tous nos 

gouvernements. 

? Article 17 :- Les Mensonges qui ont vécu 40 ans doivent être considérés comme des vérités. 

? Article 18 :- Respectons le droit d’aînesse.

? Article 19 :- Tout homme a deux beaux-parents : les Parents de la Fille que l’on n’a pas eue et la parole qu’on 

a prononcée sans contrainte aucune. On leur doit respect et considération. 

? Article 20 :- Ne maltraitez pas les esclaves, accordez leur un jour de repos par semaine et faites en sorte 

qu’ils cessent le travail à des heures raisonnables. On est maître de l’esclave et non du sac qu’il porte.

? Article 21 :- Ne poursuivez pas de vos assiduités les épouses du Chef, du voisin, du marabout, du féticheur, 

de l’ami et de l’associé.

 

? Article 22 :- La vanité est le signe de la faiblesse et l’humilité le signe de la grandeur.

? Article 23 :- Ne vous trahissez jamais entre vous ; respectez la parole d’honneur.

? Article 24 :- Ne faites jamais du tort aux étrangers. 

? Article 25 :- Le Chargé de mission ne risque rien au Mandé. 

? Article 26 :- Le taureau confié ne doit pas diriger le parc. 

? Article 27 :- La jeune fille peut être donnée en mariage dès qu’elle est pubère sans détermination d’âge. Le 

choix de ses parents doit être suivi quelque soit le nombre des candidats. 

? Article 28 :- Le jeune homme peut se marier à partir de 20 ans. 

? Article 29 :- La dote est fixée à 3 bovins : un pour la fille, deux pour son père et sa mère. 

? Article 30 :- Venons en aide à ceux qui en ont besoin. 

2. DES BIENS 

? Article31 :-Il y a cinq façons d’acquérir la propriété : l’achat, la donation, l’échange, le travail et la succession. 

Toute autre forme sans témoignage probant est équivoque. 

? Article 32 :- Tout objet trouvé sans propriétaire connu ne devient propriété commune qu’au bout de quatre

ans. 

? Article 33 :- La quatrième mise-bas d’une génisse confiée est la propriété du gardien.

? Article 34 :- Un bovin doit être échangé contre quatre moutons ou quatre chèvres. 

? Article 35 :- Un œuf sur quatre est la propriété du gardien de la poule pondeuse. 

? Article 36 :- Assouvir sa faim n’est pas du vol si on n’emporte rien dans son sac ou sa poche.

3. DE LA PRESERVATION DE MA NATURE 

? Article 37 :- Fakombé est désigné Chef des chasseurs. Il est chargé de préserver la brousse et ses habitants 

pour le bonheur de tous. 

? Article 38 :- Avant de mettre le feu à la brousse, ne regardez pas à terre, levez la tête en direction de la cime 

des arbres. 

? Article 39 :- Les animaux domestiques doivent être attachés au moment des cultures et libérés après les 

récoltes. Le chien, le chat, le canard et la volaille ne sont pas soumis à cette mesure. 

4. DISPOSITIONS FINALES 

? Article 40 :- Respectez la parenté, le mariage et le voisinage. 

? Article 41 :- Tuez votre ennemi, ne l’humiliez pas.

? Article 42 :- Dans les grandes assemblées, contentez-vous de vos légitimes représentants et tolérez-vous les 

uns les autres. 

? Article 43 :- Balla Fasséké Kouyaté est désigné grand Chef des cérémonies et médiateur principal du Mandé. 

Il est autorisé à plaisanter avec tous les tribus en priorité avec la famille royale. 

? Article 44 :- Tous ceux qui enfreindront à ces règles seront punis. Chacun est chargé de l’application stricte

de ces articles.

 


06/09/2018
0 Poster un commentaire

La Charte du nouveau Manden

 

 

 

 

 

 

 

<< Le Mandé , Manden ou encore

Manding est une région située en

Afrique de l'Ouest , espace compris aujourd'hui entre le Mali et la Guinée, et le principal grand foyer historique de la communauté mandingue >>

 

 

«Le Manden fut fondé sur l’attente et l’amour, la liberté et la fraternité. Cela signifie qu’il ne saurait y avoir de 

discrimination éthique ni raciale au Manden. Tel fut le sens de notre combat. Par conséquent, les enfants de Sanené 

et Kontron font à l’adresse des douze parties du monde et au nom du Manden tout entier, la proclamation suivante : 

1. Les chasseurs déclarent : 

Toute vie (humaine) est une vie. Il est vrai qu’une vie apparaît à l’existence avant une autre vie. Mais une vie 

n’est pas plus « ancienne », plus respectable qu’une autre vie. De même qu’une vie n’est pas supérieure à 

une autre vie. 

2. Les chasseurs déclarent : 

Toute vie étant une vie, tout tort causé à une vie exige réparation. 

Par conséquent : 

? Que nul ne s’en prenne gratuitement à son voisin,

? Que nul ne cause de tort à son prochain, 

? Que nul ne martyrise son semblable. 

3. Les chasseurs déclarent : 

Que chacun veille sur son prochain, 

Que chacun vénère ses géniteurs, 

Que chacun éduque comme il se doit ses enfants, 

Que chacun « entretienne », pourvoie aux besoins des membres de sa famille, 

4. Les chasseurs déclarent : 

Que chacun veille sur le pays de ses pères, par pays ou patrie, faso, 

Il faut entendre aussi et surtout les hommes. Car « tout pays, toute terre qui verrait les hommes disparaître 

de sa surface deviendrait aussitôt nostalgique. » 

5. Les chasseurs déclarent : 

La faim n’est pas une bonne chose, l’esclavage non plus n’est pas une bonne chose,

Il n’y a pas de pire calamité que ces choses-là, dans ce bas monde. 

Tant que nous détiendrons le carquois et l’arc, la faim ne tuera plus personne au Manden. 

Si d’aventure la famine venait à sévir ; la guerre ne détruira plus jamais de village pour y prélever des 

esclaves. C’est dire que nul ne placera désormais le mors dans la bouche de son semblable pour aller le 

vendre. Personne ne sera non plus battu, à fortiori mis à mort, parce qu’il est fils d’esclave. 

6. Les chasseurs déclarent : 

L’essence de l’esclavage est éteinte ce jour, « D’un mur à l’autre » ; d’une frontière à l’autre du Manden ;

La razzia est bannie à compter de ce jour au Manden. 

Les tourmentes nés de ces horreurs sont finis à partir de ce jour au Manden ; 

Quelle épreuve quel tourment ! 

Surtout lorsque l’opprimé ne dispose d’aucun recours. L’esclave ne jouit d’aucune considération ; nulle part 

dans ce monde. 

7. Les anciens nous disent : 

« L’homme en tant qu’individu, fait d’os et de chair, de moelle et de nerfs, de peau couverte de poils et de 

cheveux, se nourrit d’aliments et de boissons. Mais son « âme », son esprit vit de trois choses : 

? Voir ce qu’il a envie de voir,

? Dire ce qu’il a envie de dire

? Et faire ce qu’il a envie de faire ; 

Si une seule de ces choses venait à manquer à l’âme humaine, elle en souffrirait, et s’étiolerait sûrement.

En conséquence, les chasseurs déclarent : 

? Chacun dispose désormais de sa personne, 

? Chacun est libre de ses actes, 

? Chacun dispose désormais des fruits de son travail ; 

Tel est le serment du Manden. 

A l’adresse des oreilles du monde entier.

 

 

Traduction : Professeur Youssouf Tata Cissé.

 


04/09/2018
0 Poster un commentaire


Cache refresh
Cache refresh
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser